Retour à domicile

Covid-19 : le retour à domicile après hospitalisation.
La continuité des soins assurée par les prestataires de santé à domicile.

STUDIOSANTE® RÉPOND AUX DEMANDES DE SORTIES HOSPITALIÈRES

Habituées à prendre en charge de nombreux patients sous perfusion à domicile, les infirmières coordinatrices de STUDIOSANTE® se sont organisées pour répondre à la forte augmentation des besoins actuels et à venir sur l’ensemble du territoire.

Nous pouvons ainsi assurer la continuité des soins et accélérer les sorties hospitalières afin de libérer des lits pour les urgences dues au Covid-19 et soutenir les professionnels de santé hospitaliers extrêmement sollicités” confirme Frédéric CANCEL, Directeur Général de STUDIOSANTE® 60.

Le rôle des infirmières coordinatrices est d’orchestrer l’ensemble des professionnels de santé, libéraux et hospitaliers (médecin, infirmier, pharmacien, diététicien, kinésithérapeute…), intervenant dans le parcours de soins du patient à domicile. Elles se chargent de prévenir et de former les infirmières libérales sur la prise en charge et le matériel médical, de commander le traitement médicamenteux à la pharmacie et de la mise à disposition des dispositifs médicaux.

TÉMOIGNAGE DE TIPHAINE VERSNAEYEN, INFIRMIÈRE COORDINATRICE DE L’AGENCE STUDIOSANTE DE L’OISE

Quels types de soins sont délivrés au patient à domicile ?

Nous devons pouvoir poursuivre une antibiothérapie intraveineuse pendant 10 jours et bien sûr surveiller les paramètres vitaux 2 fois par jour.  Cela implique la mise à disposition de dispositifs médicaux sécurisés, afin que les infirmières libérales puissent effectuer leurs soins dans des conditions optimales en termes d’hygiène. La préparation du matériel est réfléchie et préparée en amont par l’équipe STUDIOSANTE®. Les infirmières libérales ne doivent manquer de rien durant les 10 jours de traitement intraveineux.

Vous sentez-vous en sécurité ?

Je me sens en sécurité car nous prenons toutes les précautions nécessaires. C’est-à-dire n’avoir aucun contact physique avec les patients et leur entourage. Toutes les explications sont données par téléphone. Tous les échanges d’informations se font à distance.

Comment se déroule la liaison hôpital/domicile ?

Nous sommes prévenus la veille de la sortie du patient. Lui et son entourage sont contactés pour leur expliquer le déroulé du retour à domicile. Nous insistons sur le confinement à son domicile, avec un minimum de contacts. Nous sommes là aussi pour rappeler les gestes barrières et les informations sur le COVID-19. A ce jour, les prises en charge se déroulent très bien.

Comment coordonnez-vous l’ensemble des parties prenantes ?

Pour organiser un retour de ce type, nous demandons tout d’abord au médecin prescripteur les recommandations en termes de précautions au domicile : isolation du patient et si possible des sanitaires réservés. Il n’y a pas d’obligation à ce que le patient porte un masque FFP2, ni son entourage. En revanche s’il y a contact, tout le monde doit en porter. Nous nous rapprochons également du médecin hygiéniste pour avoir des recommandations précises sur la désinfection au domicile, à savoir nettoyage régulier des surfaces avec surfanios et/ou javel dilués et le port de gants si l’entourage est en contact avec l’environnement du patient.

De façon habituelle, nous contactons les infirmières libérales du patient. Par exemple, dans un cas précis d’une patiente, l’hôpital de Creil nous a demandé de prendre contact avec un cabinet infirmier spécifique, car ceux-ci avaient tout le matériel de protection nécessaire pour une prise en charge particulière. Le cabinet infirmier nous a demandé de compléter notre plateau technique avec des poubelles DASRI, des désinfectants pour le matériel et les surfaces, et un garrot.

Le traitement médicamenteux a été commandé par nos soins à la pharmacie de la patiente, qui a accepté de tout livrer au domicile. Une demande de boîtes de masques chirurgicaux sur prescription a également été faite, cependant la pharmacienne n’a pu répondre à ma demande. En effet, elle a l’interdiction de délivrer des masques aux patients, c’est aux médecins de le faire.

UN MANQUE DE MOYENS CRIANT

Les infirmières libérales doivent par leur propre moyen trouver le matériel médical adéquat pour prendre en charge des patients Covid-19 ou alors solliciter les infirmières coordinatrices STUDIOSANTE® de la région pour l’obtenir, qui le font dès qu’elles en ont les moyens.

TÉMOIGNAGE DE SYLVIE COTREBIL, INFIRMIÈRE LIBÉRALE DANS L’OISE

Que demandez-vous ?

Face à un ennemi invisible, les personnels soignants tels des soldats français avec leur pantalon rouge garance en 1914 sont envoyés au front sans protection, en première ligne. Digne d’un scénario hollywoodien de film catastrophe, nous, soignants vivons la menace en découvrant dans les médias comme n’importe quel citoyen les effets dévastateurs de ce virus. Les soignants n’ont pas une longueur d’avance ne serait-ce que pour rassurer l’entourage.

Vous sentez-vous en sécurité ?

Nous n’avons pas de blouse, ni de surchaussure, ni de visière, ni de lunette de protection… Voilà le minimum que nous devrions avoir. Ce minimum, nous le découvrons au fur et à mesure.

Comment vous organisez-vous ?

Le mot d’ordre est alors : AGILITÉ. On manage nos cabinets comme jamais, on recense le matériel car en ville : tout objet est acheté, nous n’avons rien d’offert ou de fourni par l’Etat. Nous appelons nos connaissances du Grand Est car elles ont 15 jours d’avance (ou de retard ?) sur la connaissance de l’épidémie. Il existe une grande disparité sur l’ensemble du territoire français et les dégâts chez nous seraient pire que dans l’Est. En revanche, les patients comptent sur nous, alors nous faisons tout notre possible pour continuer à assurer les soins.

DES PATIENTS RASSURÉS DE RETROUVER LEUR DOMICILE

“Mon transfert a été parfaitement bien organisé. Mes proches et moi-même, nous nous sommes occupés de rien. Je suis contente d’avoir laissé une place à l’hôpital pour un patient dans un état plus grave mais aussi d’être rentrée chez moi. Je m’y sens plus en sécurité. Je reste dans ma chambre, j’ai mes propres sanitaires et les équipes soignantes veillent sur ma santé”.

– Mme Rhiglam Lhamiri (60)

ZÉRO CONTACT : LA SÉCURITÉ DU DIGITAL

Aussi, afin de lutter contre la propagation du COVID-19 et de limiter les déplacements, la digitalisation permet le “zéro contact” tout en continuant à assurer la prise en charge des patients à domicile. Le développement d’applications et la télémédecine permettent au médecin de continuer à diagnostiquer et d’effectuer un suivi à distance. Les infirmières coordinatrices, au côté des infirmières libérales, peuvent ensuite en assurer la prise en charge globale à domicile. 

Nous sommes convaincus depuis longtemps des avantages qu’offrent les outils numériques en médecine de parcours. Dans ce contexte actuel de confinement, nous mettons à dispositions nos applications digitales pour que les médecins continuent le suivi des patients à domicile” annonce Gérald Vignal, président-fondateur de STUDIOSANTE®.

Pour en savoir plus sur les solutions studiosanté :

StudioSanté®